D'hier à aujourd'hui

TharvA est un site « familial » éclectique.

En effet, il associe, l'histoire locale d'une commune et d'un territoire situés au cœur des châteaux de la Loire, des collections photographiques, des généalogies, des souvenirs de nos vies publiques politique et syndicale…en quelque sorte, des tranches de vie avec leurs précieux mélanges hétéroclites !!

Ce site est consacré à nos passions et à nos recherches.

Thérèse, Armand et Valérie ont l’envie de les faire partager à d’autres.

A vous, visiteur et lecteur, d'y puiser ce que vous cherchez ou ce qui éveillera votre intérêt ou curiosité.

A propos :

Qui sommes-nous ? 

Thérèse et Armand sont des fonctionnaires retraités.

Originaires du Sud, puis longtemps parisiens par le travail, nous sommes depuis trois décennies installés dans le Val de Loire, plus précisément la Vallée du Cher. 

Nous avons assumé, de longues années durant, des responsabilités syndicales nationales et internationales ainsi qu’au Conseil Economique et Social de la Région Centre.

Nous nous sommes forgée une solide formation historico-sociétale qui caractérise nos recherches.

Valérie est passionnée par l'histoire. Sa grande culture et une formation linguistique de haut niveau, lui permettent d'aborder de très nombreux sujets.



Les dernières publications...

Le Loir et Cher dans la Grande-Guerre (période 1917-1919).

Je poursuis la publication de l’étude sur la présence Américaine dans le Loir et Cher (1917-1919) par deux articles :

L’entrée tardive de l’Amérique dans la guerre et L’installation dans la Vallée du Cher :

Le premier est consacré à un bref rappel des conditions de l’entrée en guerre des Etats-Unis le 6 Avril 1917.

Cet article fait la transition avec la partie centrale de l’étude, celle consacrée à la présence américaine et à ses conséquences, introduite par l'article intitulé: l'installation dans la Vallée du Cher.



Je témoigne !

Pendant un certain nombre de mois, j’ai tenu un blog « d’humeur » sur l’actualité.

J’ai cessé. Car c’était très contraignant et mordait trop sur le temps que je veux consacrer à mes recherches sur l’histoire locale. Et surtout pour être franche, j’ai trouvé cela vain.

J’ai tellement, chaque jour davantage, le sentiment d’appartenir à un monde en voie de disparition ( et vous l’aurez compris je ne me réfère pas seulement aux dévastations de la planète mais aussi au champ de ruines de la gauche ) que ce que je pense n’a plus guère d’intérêt que pour moi !

Par contre, j’ai été un acteur de la vie sociale à partir de 1968 jusqu’à la fin du siècle.

Témoigner sur des évènements et des personnes est un devoir auquel mes modestes recherches m’ont sensibilisé. Avec certes, la part de subjectivité de tout témoignage. Mais les faits eux ont existé et à ce titre constituent un matériau pour l’histoire sociale, particulièrement celle de la CGT et de la Fonction Publique.

J’ai sélectionné, dans les textes de mon ancien blog, ceux qui avaient cette dimension de témoignage.

Ils sont ici repris et j’en écrirai d’autres si j’en éprouve le besoin.


Thérèse GALLO-VILLA

7 septembre 2019 


La Shoah dans le Loir et Cher :

Tenter d’apprécier en la quantifiant et la personnalisant ce que fut la Shoah dans notre département de Loir et Cher est une entreprise complexe.

En l’entreprenant, il faut se dire qu’elle sera forcément incomplète, jalonnée d’erreurs.

Car plus que d’autres départements, le Loir et Cher associe plusieurs catégories de personnes juives qui seront victimes de la répression et de la déportation.

Les juifs installés et travaillant dans nos villes et bourgs, la plupart naturalisés de longue date ou français de naissance.

Les familles ou individus venus s’y réfugier durant l’exode, puis l’Occupation.

Les Juifs tentant le passage de la ligne de démarcation tout au long du Cher.

Les Juifs étrangers séjournant dans le Loir et Cher qui ont fui les traditions antisémites et les pogroms des Etats d’Europe Centrale et Orientale, puis le nazisme en Allemagne et dans les pays annexés au Reich juste avant la guerre. Ils vont être internés dans les camps de détention français dans le Loir et Cher, puis transférés dans d’autres camps notamment en zone sud, comme des milliers de juifs en provenance de la région parisienne.



Journées européennes du Patrimoine : 21 septembre 2019

C’étaient nos 5e Journées du Patrimoine à Monthou. Mais celles-ci ont revêtu un caractère particulier. Pour la première fois, une initiative, qui plus est culturelle, a eu lieu dans les ruines de l’ancien château de Bizard, tout proche de celui du Gué-Péan. La Conférence que nous y avons organisée a permis de faire connaître l’histoire fort riche de cette seigneurie dont jusqu’à présent ce sont les mystères et les légendes qui avaient traversé les siècles de l’imaginaire local.
Et, c’est toujours pour nous, un moment émouvant de contribuer à sauvegarder et transmettre le contenu du patrimoine de notre commune.
Merci aux participants et à nouveau à Mme et Mr de Schrynmakers, propriétaires de Bizard, pour leur concours actif dans cette réussite.