D'hier à aujourd'hui

TharvA est un site « familial » éclectique.

En effet, il associe, l'histoire locale d'une commune et d'un territoire situés au cœur des châteaux de la Loire, des collections photographiques, des généalogies, des souvenirs de nos vies publiques politique et syndicale…en quelque sorte, des tranches de vie avec leurs précieux mélanges hétéroclites !!

Ce site est consacré à nos passions et à nos recherches.

Thérèse, Armand et Valérie ont l’envie de les faire partager à d’autres.

A vous, visiteur et lecteur, d'y puiser ce que vous cherchez ou ce qui éveillera votre intérêt ou curiosité.

A propos :

Qui sommes-nous ? 

Thérèse et Armand sont des fonctionnaires retraités.

Originaires du Sud, puis longtemps parisiens par le travail, nous sommes depuis trois décennies installés dans le Val de Loire, plus précisément la Vallée du Cher. 

Nous avons assumé, de longues années durant, des responsabilités syndicales nationales et internationales ainsi qu’au Conseil Economique et Social de la Région Centre.

Nous nous sommes forgée une solide formation historico-sociétale qui caractérise nos recherches.

Valérie est passionnée par l'histoire. Sa grande culture et une formation linguistique de haut niveau, lui permettent d'aborder de très nombreux sujets.


Infos...

Une nouvelle rubrique : In Mémoriam......

Cette nouvelle rubrique sera consacrée à des petites biographies ou affaires concernant des personnages, qui furent hélas souvent des victimes, acteurs de la guerre 39-45, dans le Loir et Cher Sud.

La mémoire collective se perd avec le temps.

L’indifférence s’installe aussi.

L’ignorance de ces événements, qui ne remontent pourtant qu’à moins de 80 ans, devient la règle.

L’oubli de son passé historique hypothèque la vision du futur.

Et dans les périodes où sourdent, comme à nouveau aujourd’hui, des risques d’extension de conflits en cours et de nouveaux domaines de conflictualité, cet oubli peut devenir dramatique.

Quand je lis la prose de l’entre-deux guerre sur les étrangers, les francs-maçons, les juifs, les pseudos dénonciations du capitalisme, les tares de la démocratie et de la République, je ne peux m’empêcher d’entendre vibrer à mes oreilles les discours d’aujourd’hui contre les migrants, les réfugiés, les musulmans, l’apologie des bienfaits du libéralisme, les attaques contre les services publics, le trop plein d’aides sociales, etc.

Tous ces gens que je ferai revivre en quelques lignes, seraient-ils morts ou auraient-ils tant souffert pour que toutes ces horreurs reviennent, ce qui est déjà le cas dans trop de pays du monde ?

L’histoire est-elle condamnée à ne servir à rien ?

Je me refuse à le penser et ces textes seront ma modeste contribution à la poursuite de la sauvegarde de notre mémoire locale sur la seconde guerre.

Les personnages choisis appartiendront à tous les courants de pensée et aux différentes catégories sociales. Le courage et l’héroïsme réservent en effet parfois des surprises comme la passivité ou la trahison !

Une biographie sur Louis Serin et la "rafle" de Bourré (10 septembre 1942).

Un dossier sur la Famille Jankelovitch, une famille juive spoliée à Contres durant l'Occupation.

Une étude consacrée aux lettres de Lise Jankelovitch, détenue à la prison de Blois,

Une autre à celles de son frère Bernard détenu dans les camps d'internement du Loiret,

et enfin, une étude sur le convoi N° 59 du 2 septembre 1943 déportant Lise et Bernard Jankelovitch.




Dans mon article sur la spoliation et la persécution de la famille Jankelovitch à Contres, j’avais indiqué que Mr. Pierre Janel, frère de Lise et Bernard, m’avait confié le soin de faire connaître la correspondance de sa sœur et de son frère, envoyée pour l’essentiel à leur mère et conservée par celle-ci. /in-mémoriam/la-famille-jankelovitch

Ainsi, c’est une petite centaine de lettres des deux jeunes gens qui nous est parvenue, qui couvre la période des débuts de leur détention aux derniers jours de leur présence ensemble à Drancy, avant leur déportation.

J'ai tenté de restituer cette correspondance de manière vivante pour la transmettre aux lecteurs, pour qu’elle devienne un maillon de la chaîne mémorielle de cette tragique période.

Une première partie, déjà publiée, a été consacrée aux lettres de Lise détenue à la prison de Blois.

Une seconde partie porte sur celles de Bernard détenu lui dans les camps du Loiret.

Elle fait l'objet de la présente publication, ainsi qu'une troisième partie sur le convoi de déportation N° 59 du 2 septembre 1943.

La photo du mois......

Nouvelle Publication......

Bernard... « C’est dans des moments pareils qu’on se rend compte de tout ce qu’est une mère.. » ( L. 8-9/9/1942 )